Édito – Le Pouvoir des livres
12 septembre 2016
0

Récemment dans le monde, nous avons pu constater une nouvelle résurgence de censure et d’interdiction de livres et d’éditeurs, alors que certains régimes se durcissent.

Aussi sommes nous en lieu de nous demander pourquoi le livre est-il si vite visé ?

En effet, les autodafés nous ont appris que les livres font partie des premières cibles et des premières victimes de ceux qui veulent dicter leur manière de penser à un peuple. Ils sont le symbole de la liberté d’expression, de la liberté de penser, ce qui peut paraître menaçant pour ceux qui ne supportent pas de voir leurs idées contestées.

Il est évident que le livre est un moyen privilégié pour exprimer ses propres idées politiques, comme en dénote la multiplication des ouvrages de politiciens. Cependant nous pouvons également penser à l’époque précédant le XXIe siècle, avant que les livres ne servent de préambule à une campagne politique : Le Prince de Machiavel était déjà un ouvrage politique et prétendait donner des « règles de conduite à ceux qui gouvernent », et nombreux sont les ouvrages ayant une visée didactique et éducative pour les futurs gouvernants.

Mais même au-delà de ces ouvrages donnant des lignes politiques, nombreuses sont les satires, les critiques, voilées ou non. Les livres dystopiques, se situant dans un futur post-apocalyptique, souvent gouverné par un ou plusieurs États totalitaires sont autant de critiques portées sur des questions de restriction des libertés.

Élargissons encore notre spectre d’analyse : tout ouvrage n’est-il pas le reflet d’une pensée, d’un mode de pensée ? Une fiction ne se situe pas moins dans un contexte socioculturel sur lequel elle apporte un regard, au travers des protagonistes. Le livre est un moyen de livrer ses pensées, de tenter d’offrir une analyse plus ou moins poussée d’un monde et d’un système. À partir de là, il n’est pas étonnant que les livres soient craints et adorés : ils sont des outils d’influence extrêmement puissants, d’autant plus lorsque l’on ne soupçonne pas le message qu’ils recèlent.

Voilà la raison pour laquelle ils sont attaqués lors des restrictions des libertés : ils sont la liberté de penser. Ils sont des outils à la portée de tous ceux qui veulent s’exprimer, c’est ce qui leur donne cette forme de puissance politique.

Découvrez tous nos éditos :

Cliquez ici

Connexion

Fermer