Édito – La Journée internationale du blog
31 août 2016
2

Nous sommes aujourd’hui le 31 août, qui est la journée internationale du blog, or les blogs sont particulièrement importants dans le monde littéraire d’aujourd’hui.

« Quel importance leur accorder ? Quel impact ont-ils exactement ? »

Si les premiers blogs tels qu’on les connaît aujourd’hui sont apparus dans les années 1990, le phénomène n’a vraiment pris de l’ampleur qu’au XXIe siècle.

Ces plateformes ont pour elles une proximité directe avec les lecteurs via un espace de commentaires, et les blogueurs son souvent actifs sur les réseaux sociaux, si bien qu’une véritable communauté se crée. Cet aspect horizontal de la communication correspond parfaitement à l’esprit d’internet de démocratisation de la parole.

Dans le domaine littéraire, le premier blog d’écrivain est apparu en 1997, mais ce sont plutôt les blogs de chroniqueurs qui connaissent un fort succès. Prenant le relais des critiques littéraires. Ceux-ci ont en effet de leur côté une forme d’honnêteté dans leur démarche : il s’agit non plus forcément de professionnels, mais bien d’amateurs qui partagent leurs coups de cœur et leurs déceptions. Ils partagent leur ressenti, et ne sont donc pas là pour faire de la publicité pour telle ou telle maison d’édition. La critique littéraire est désormais à portée de clavier, et n’est pas limitée à quelques grands prix littéraires que les critiques encenseront : tout le monde peut partager n’importe quelle lecture.

Les blogueurs sont d’ailleurs plutôt des découvreurs : leur but sera de trouver et révéler une perle qui ne connaît pas le succès qu’elle mérite.

Les blogueurs sont des faiseurs d’opinion, des influenceurs. En effet, de par le canal utilisé, les blogs et internet, ils sont bien plus accessibles que des critiques professionnels. Ces blogueurs sont souvent très suivis, et parviennent à capter une audience assez large. Mais l’audience, aussi large qu’elle soit, est souvent spécifique : les blogueurs ont des genres de prédilection dans leur lecture (comme vous et moi !), et ils ne toucheront leur public que sur internet. Ainsi, avoir son livre chroniqué permet de toucher un public spécifique, mais n’exempte pas de démarches réelles.

Par ailleurs, les blogueurs, même s’il touche une audience large, ne sont pas des grands médias de diffusion comme des journaux imprimés à 50.000 exemplaires. Cependant, joindre un blogueur pour lui proposer son ouvrage peut être une belle aventure humaine, de partage. C’est pour cela que la Société des Écrivains a, quant à elle, noué des liens avec différents blogueurs.

Découvrez tous nos éditos :

Cliquez ici

Laisser un commentaire

2 comments

  1. Bonjour,
    Je suis passionnée par l’écriture des poèmes et, j’aimerai savoir quels risques je prends si je tente d’être éditée. Etant en situation de handicap et en divorce vous comprendrez que je ne peux pas risquer quoi que ce soit. Cordialement

    1. Bonjour,

      Soumettre votre manuscrit à un comité de lecture n’engage à rien, tant qu’aucun contrat n’est signé. Nous vous conseillons donc d’envoyer votre manuscrit à auteur@societedesecrivains.com. Une fois le manuscrit reçu notre éditeur rentrera directement en contact avec vous pour vous expliquer les tenants et aboutissants de cette collection. Vous ne courrez donc aucune risque.

      Nous nous tenons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

      Bien cordialement,

Connexion

Fermer