La Parole aux auteurs – Pierre-Alain Renaud
5 juin 2016
0

Aujourd’hui, dans le cadre de notre rubrique « La Parole aux auteurs », nous avons le plaisir de vous livrer une interview de Pierre-Alain Renaud, auteur de À qui profite le chant du cygne.

  • ● Le principal trait de mon caractère ? 

La patience qui est, comme on le sait, la mère de toutes les vertus : elle offre le recul nécessaire à l’observation et à l’analyse de toute situation.

  • ● La qualité que je préfère chez un homme / une femme ?

Son bon sens allié à la gaieté et à la qualité de son propos !..

  • ● Mon mot préféré ?

A vrai dire, j’aime tous les mots, car tous sont porteurs de sens concrets ou abstraits, propres ou figurés, mais j’aime plus particulièrement ceux qui délivrent un message poétique ou transmettent une image subliminale. Donc, j’aime par exemple le mot « allégorie » …

  • ● Un mot que je déteste ?

Je hais « haine ».

  • ● Ma drogue favorite ?

La lecture !

  • ● Ce que j’apprécie le plus chez mes amis ?

L’hospitalité, la franchise, le partage des bons moments épicuriens soudés dans un dialogue riche et rieur, mais toujours devant « le bon verre qui entretient l’amitié » … sinon « ils »   ne seraient jamais « mes amis » déclarés !

  • ● Mon juron, gros mot ou blasphème favori ?

Le « merde » à Cambronne : il est généralement vite prononcé et s’intègre si bien à toutes les situations merdiques que nous pouvons fréquemment rencontrer au quotidien.

  • ● L’homme ou la femme que je choisirai pour illustrer un nouveau billet de banque ?

Ni l’un, ni l’autre…  L’argent est si vite dépensé : je préférerais donc y voir illustrée…  « Une   feuille morte » !

  • ● Le métier que je n’aurai pas aimé faire ?

Partant du fameux principe « qu’il n’existe pas de sots métiers », je n’aurai quand même jamais voulu exercer certains métiers avilissants comme « éboueur », lequel j’admire pourtant à le voir se débarrasser avec beaucoup d’abnégation de la merde des autres !

  • ● La plante, l’arbre ou l’animal dans lequel j’aimerai être réincarné ?

Toute plante odoriférante, « la menthe » en particulier (parce que ses effluves ne « mentent » pas, et qu’il y a ces deux autres connotations homonymiques sous-jacentes de « l’amante » et de « la mante religieuse »).

  • ● Mon principal défaut ?

Il est sans doute lié à mes gènes héréditaires : mon entêtement et une certaine « estime de soi » : mais là, ce n’est pas vraiment à moi-même qu’il appartient d’en juger !

 
  • ● Ce que je voudrais être ?

Un nuage gonflé comme le tronc d’un baobab et qui précède l’éclosion de la pluie, une belle libellule qui exécute une danse lascive sur un étang, un beau chevalier qui, au péril de sa vie, a laissé tomber son armure pour ne se battre -ou ne se débattre- plus qu’avec les mots !.. (Mais je voudrais être bien plus encore …)

  • ● Mes auteurs favoris ?

Il y en aurait beaucoup trop à citer, je reste très attaché au style et à la forme du message qu’un auteur veut faire passer. Peu m’importe qu’il soit de culture française ou étrangère, qu’il se rattache à l’ère classique ou contemporaine, peu importe même du genre adopté (roman, poésie, polar…), j’aime avaler de tout en lectures, mais pour faciliter ma digestion, il est essentiel à mes yeux qu’un auteur me touche au coeur avec « ses mots » … Cependant, j’avouerais que les grands auteurs classiques comme Flaubert, Zola, Maupassant, et même Ramuz, resteront à jamais « mes préférés »… Chez nos auteurs plus contemporains, j’aime à citer, pour leurs styles enjoués, Milan Kundera, Michel Tournier, Yann Queffélec, Marguerite Duras, Jonas Jonasson, notamment dans « le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire », les rompol de Fred Vargas où les intrigues policières souvent loufoques s’allient à un style d’écriture relativement « déjanté » …

  • ● Mes héros favoris dans la fiction ?

Tous les héros, et même les « anti-héros », dès lors que leurs fictions me font voyager…

  • ● Mes héroïnes favorites dans la fiction ?

Même réponse que la précédente !

  • ● Mes héros dans la vie réelle ?

Tout le monde, c’est-à-dire chacun de nous : « vivre aujourd’hui » dans un monde si « perturbé » est non seulement un défi permanent, mais aussi un acte héroïque récurrent !

  • ● Ce que je déteste par-dessus tout ?

Tous les sentiments négatifs qui se rattachent à la haine, la violence, la mesquinerie, la médisance, la jalousie, l’intolérance, etc…

 
  • ● Mon état d’esprit actuel ?

La sérénité, qui tend aussi à se renforcer avec l’âge !..

  • ● Fautes qui m’inspirent le plus d’indulgence ?

Les passions humaines, sous toutes leurs formes, mais pour autant qu’elles ne soient liées à un état condamnable d’abrutissement, d’endoctrinement ou d’avilissement…

  • ● Ma devise ?

« Umour sans H et Hamour avec hache »

Afin de vous procurez l’ouvrage de Pierre-Alain Renaud, cliquez ici !

Connexion

Fermer